Mel Gibson

Mel Gibson (3 janvier 1956 à Peekskill, New York, États-Unis) est un réalisateur, acteur et scénariste américain qui a passé sa jeunesse en Australie. Il s’est fait connaître grâce à son rôle de Max dans la trilogie Mad Max.

//

Enfance

Mel Gibson est né à Peekskill, New York. Il est le sixième des sept enfants d’Hutton Gibson et de Anne Reilly Gibson. Sa grand-mère paternelle, Eva Mylott, était chanteuse d’opéra. La famille Gibson s’installe en Australie en 1968 alors que Mel n’a que douze ans. Le père venait de gagner son procès pour accident du travail contre son employeur et avait reçu $145,000 à titre de compensation. L’émigration en Australie était un signe de protestation contre la guerre du Vietnam à un moment où l’ainé des Gibson risquait d’être appelé pour y effectuer son service militaire. C’était aussi pour Hutton Gibson, un catholique fervent, le moyen de protester contre la décadence morale qu’il voyait dans l’évolution des mœurs de la société américaine.

Carrière cinématographique

En 1977, Mel Gibson est diplômé de l’institut national des arts dramatiques de Sydney. Il commence alors sa carrière d’acteurs dans quelques séries télévisées. Son premier succès cinématographique a lieu en 1979 quand il interprète le rôle phare du film Mad Max du réalisateur George Miller. Film indépendant à petit budget, il rencontre un succès inattendu, rapportant une centaine de millions de dollars. Mel Gibson est alors propulsé au rang de star du cinéma. Deux autres films suivront, centrés autour du personnage de Mad Max .

En 1984, Mel Gibson reprend le rôle de Fletcher Christian dans le film « le Bounty« . La série des « armes fatales » (Lethal Weapon) lui apportent de nouveau un succès international au côté de l’acteur Danny Glover. Après des films d’aventures, policiers ou des comédies, il s’oriente vers le classique en reprenant le rôle d’ »Hamlet » dans le film de Franco Zeffirelli, où il a pour partenaire des acteurs aussi renommés que Ian Holm et Alan Bates. Gibson se lance aussi dans la production et la réalisation. En 1995, il reçoit l’oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur pour le film « Braveheart » dans lequel il interprète William Wallace, le personnage principal.

En 2004, il écrit, produit et réalise « la passion du Christ » consacré aux douze dernières heures de Jésus Christ. Le film est tourné en araméen, en hébreu et en latin. Les critiques du film sont très partagées, déplorant les scènes sanglantes. D’autres y voient des relents d’antisémitisme que certains confirment en se basant sur les déclarations anti-sémites du père de Mel Gibson affirmant que l’holocauste était une fiction. Le film est néanmoins un très grand succès commercial aux États-Unis, notamment auprès des chrétiens évangéliques et des catholiques. Le film fut nommé aux oscars et reçut le prix du public pour la meilleure œuvre dramatique.

Le dernier film de Gibson est Apocalypto (sortie fin 2006). l’action se situe juste avant la conquête espagnole de l’Amérique du Sud. Le thème central est le déclin de l’empire maya.

Vie familiale et religieuse

Mel Gibson s’est marié à Robyn Moore le 7 juin 1980, dans la ville de Forestville, en Nouvelle-Galles du Sud. Le couple a sept enfants (une fille et six garçons). Sa fille, Hannah Gibson, s’est mariée au musicien Kenny Wayne Shepherd le 16 septembre 2006. Mel Gibson est un traditionnaliste de religion catholique alors que sa femme est anglicane. Très pratiquant, attaché à la messe en latin, Mel Gibson a publiquement dénoncé les recherches sur les cellules souches à partir d’embryons humains, le débranchement des appareils qui maintenaient Terri Schiavo en vie. Il est cependant favorable à la peine de mort selon la conception traditionnaliste qui ne la conçoit que pour des circonstances exceptionnelles. Bien que n’en faisant pas de publicités particulières, Mel Gibson participe à de nombreuses actions philantropiques ou d’œuvres de charité comme « Healing the Children ».

Lors de la réalisation d’Apocalypto, Mel Gibson fit le don de plusieurs milliers de dollars pour construire des maisons aux habitants de la région de Yucatan à la suite d’importantes inondations.

Opinions politiques

Mel Gibson ne s’est jamais publiquement identifié aux conservateurs républicains américains en dépit d’affirmations contraires dans des journaux comme le Washington Times ou le site WorldNetDaily. Il devait produire le film de Michael Moore, Fahrenheit 9/11, mais avait finalement cédé ses droits à Miramax Films. Moore avait alors affirmé que les républicains avaient intimidé Mel Gibson. En 1995, dans une interview à Playboy magazine, Gibson s’en était pris au Président Bill Clinton en qui il voyait un opportuniste de bas niveau. Opposé à la guerre en Irak, Mel Gibson a indiqué en 2006 que dans certains évènements ou personnages de son film Apocalypto, il y avait un peu du président « George W. Bush et de ses gars ».

Controverses

L’homophobie

Certains groupes homosexuels dénoncent l’homophobie de Mel Gibson. Ils se basent sur une interview en 1992 de l’acteur au journal El País où, à leur encontre, il disait « They take it up the ass. » en montrant son majeur. Il a toujours très vigoureusement récusé toute accusation d’homosexualité à son encontre (« Do I sound like a homosexual? Do I talk like them? Do I move like them? I think not. »). Néanmoins, à plusieurs reprises, il a tenté de démontrer qu’il n’était pas homophobe en participant notamment à des évènements publics en faveur des réalisateurs gays et lesbiennes.

Anglophobie

Gibson fut accusé d’être anglophobe suite à son film « Braveheart » et des libertés qu’il s’était permis avec l’histoire. Le même argument fut repris pour son film « le patriote » où l’action des troupes britanniques au moment de la guerre d’indépendance américaine était assimilée à celle des nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Il en est de même pour le film gallipoli. Selon Wensley Clarkson, auteur d’une biographie non autorisée de Mel Gibson, ce dernier est issu d’une famille historiquement anti-britannique, démontré selon lui par ses racines irlandaises .

Drogue et alcool

Selon Wensley Clarkson, auteur d’une biographie non autorisée de Mel Gibson, Gibson connaitrait des problèmes avec l’alcool depuis l’adolescence. En 1984, il était déjà arrêté pour conduite en état d’ivresse à Toronto. En 2004, dans une interview à Diane Sawyer, Gibson reconnut avoir abusé de drogues dans le passé au même titre que l’alcool. Le 28 juillet 2006, il est arrêté en état d’ivresse et tient des propos antisémites [1]. Le 17 août 2006, il plaide coupable et est condamné à trois ans de probation. Il annonce alors s’être inscrit à un programme de désintoxication.

Antisémitisme

Son film La Passion du Christ lui a valu d’être soupçonné d’antisémitisme. Il a été arrêté plus d’une fois pour conduite en état d’ivresse, dont une, le 28 juillet 2006, où il a tenu des propos antisémites [2]. Une enquête est en cours pour savoir si l’acteur a bénéficié de l’aide de certains policiers pour étouffer ses dérapages. Il a présenté ses excuses, le 1er août 2006, à la communauté juive, excuses qui furent acceptées par l’organisation Anti-Defamation League[3].

Filmographie

Acteur

Producteur

Réalisateur

Nominations et récompenses

Mel Gibson lors de la première d'Air America en 1990.

2 Réponses à “Mel Gibson”

  1. kim pierre dit :

    Je recherche l’adresse personnelle de Mr Mel Gibson pour lui faire parvenir un dossier pour une cause susceptible de l’interesser.

    Après plusisieurs essais infructueux pouvez vous m’aider?

    D’avance merci

    Pierre Kim

  2. vvtmgvkyv dit :

    rchusnoqm bocyw gbhpuxd dxed fragumxwetfaeyh

Laisser un commentaire

 

Caderneta de um tradutor-le... |
juliocorleone |
The Geek Show |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Coin Ciné
| star wars
| corina pomérantz