Résultats de votre recherche

Billy Burke

Posté par tempeterouge le 6 avril 2010

Billy Burke (né William Albert Burke le 25 novembre 1966 à Bellingham, Washington) est un acteur américain surtout connu pour son rôle de Charlie Swan dans Twilight, tiré de la saga de Stephenie Meyer.

Photo 

Biographie

Billy commence d’abord par chanter. À l’âge de 9 ans. Sa passion le pousse d’ailleurs a intégrer une jeune formation dès l’âge de 15 ans et il continue encore aujourd’hui à entretenir régulièrement ses vocalises. Il entre ensuite à l’université d’art dramatique de la Western Washington University, pour faire ses premières armes dans la figuration. Ayant connu ses premières médiatisations au théâtre, Billy s’est déjà produit sur les planches du théâtre de l’Annex, du festival de New City Festival et du théâtre A.H.A. Mais le comédien est davantage connu grâce à ses contributions à la télévision et au cinéma. C’est d’ailleurs devant la caméra qu’il se sent le plus à l’aise et il commence tout logiquement sa carrière sur un petit film indépendant du nom de Dare Dreamer en 1990. Fort de cette première expérience, il commença à migrer à Los Angeles, afin de pouvoir poursuivre ses ambitions en qualité de chanteur confirmé et d’acteur aguerri. Après le film A Cross To Rubicon, s’ensuit une période faste pour l’acteur où il ne cesse de cumuler les apparitions à la télévision dans de petites séries et des petits budgets. De 1991 à 1996, il joue successivement dans les séries Star Trek : Deep Space Nine, Partu Five ou encore Gone In The Night. Même si Bill s’est toujours davantage illustré à la télévision, comme sur Monk ou encore 24 en 2003 et 2004, la tendance s’inverse en 2007, où l’acteur est catapulté sur différents long métrages. Tout d’abord sur le film de Charlie Picerni, intitulé Three Days To Vegas ou encore sur le Forfeit de Andrew Shea, où l’acteur prend part au rôle de Franck sur un Thriller dramatique décapant. L’acteur réussit même à boucler l’année en apportant sa pierre à l’édifice à La Faille aux côtés d’Anthony Hopkins et de Ryan Gosling et également sur la romance dramatique Feast Of Love menée tambours battants par Morgan Freeman. En 2008, l’acteur reprend le chemin des tournages dans un rôle primordial pour l’acteur. Il campe le personnage du détective Eric Box, dans le thriller Intraçable de Gregory Hoblit. Un rôle important qui lui permet de revenir un peu plus sur le devant de la scène. La même année, il s’investit sur le film de Ralph E. Portillo, The Grift. Un drame des années 40, où se il s’y illustre habillement avec la participation de Clare Kramer.

Photo 

Filmographie

Publié dans | Pas de Commentaires »

Paris Hilton sera une maman 100% naturelle !

Posté par tempeterouge le 19 septembre 2007

Paris Hilton bientôt maman de quatre clones modèles ? Ouf, ce n’était qu’une méchante rumeur ! La semaine dernière, des proches de l’héritère avait confié à un magazine que Paris souhaitait adopter quatre petites filles blondes aux yeux bleus, promises à devenir aussi célèbre que leur mère…

Mais Paris a tenu à mettre les choses au clair : non, elle ne compte pas se lancer dans une quadruple procédure d’adoption. Si elle a des envies de maternité, elle songe d’abord à opter pour la solution naturelle avant, éventuellement, d’ajouter quelques chérubins par un moyen plus administratif. Pour le papa, on ne sait pas encore si le mystérieux jeune homme qui l’accompagnait dernièrement fera l’affaire…

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Coin photo Maribel de la Fuente / J. Bracamontes

Posté par tempeterouge le 6 août 2007

Smallville

Publié dans | 7 Commentaires »

Coin photos Christina Pérez Paty Diaz

Posté par tempeterouge le 6 août 2007

Smallville

 

Publié dans | 5 Commentaires »

Coin photos Raphaelle Pérez Ana Martin

Posté par tempeterouge le 6 août 2007

Smallville

 

Publié dans | 2 Commentaires »

coin photos Rubi Pérez Barbara Mori

Posté par tempeterouge le 6 août 2007

Smallville

 Smallville          Smallville        

Smallville         Smallville        

Smallville    Smallville    Smallville

Smallville    Smallville    Smallville

Smallville    Smallville    Smallville

Smallville    Smallville    Smallville

Smallville    Smallville    Smallville

Smallville   Smallville   Smallville

Smallville

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans | 54 Commentaires »

Rubí

Posté par tempeterouge le 29 juillet 2007

rubi23.jpg

 

Rubí raconte la vie d’une jeune et jolie Mexicaine, Rubi Perez, qui vit avec sa mère, Raphaëlle, et sa sœur, Christina.

rubi28.jpg 

Habituée depuis son enfance à obtenir tout ce qu’elle désire, Rubi a du mal à accepter la situation financière difficile de sa famille depuis la mort de son père. Déterminée à devenir une femme riche et enviée, Rubi fera tout pour y parvenir, à commencer par trouver un mari fortuné, même si elle doit pour cela renoncer à l’homme qu’elle aime.

 rubi31.jpg

 Rubí est une télénovela, une forme de programmes télévisés née il y a quarante ans au Brésil et qui s’est répandue dans toute l’Amérique latine. Il s’agit d’une fiction mettant en scène des personnages de la vie réelle, auxquels les téléspectateurs peuvent facilement s’identifier. À la différence d’une série, le nombre d’épisodes est fixé dès le début. L’histoire est définitivement terminée à l’issue du tournage et ne se prolonge pas dans des saisons supplémentaires. Rubí se distingue des télénovelas traditionnelles, dans lesquelles les personnages souffrent, subissent les événements et sont les victimes d’injustices, même si la morale finit toujours par triompher à la fin. Rubi est une femme volontaire et ambitieuse, qui se donne les moyens de réaliser ses rêves, quitte à écraser sur son passage tous ceux qui s’opposent à son ascension. Pourtant, même si elle est vénale et calculatrice, Rubi reste humaine et elle est parfois attendrissante. C’est un personnage ambigu, beaucoup plus riche et complexe, que les protagonistes des télénovelas classiques.

Publié dans | 3 Commentaires »

Bárbara Mori

Posté par tempeterouge le 28 juillet 2007

Bárbara Mori est une actrice de telenovela.

Biographie

Bárbara Mori Ochoa est née le 2 février 1974 à Montevideo, Uruguay. Son père est japonais-urugayen et sa mère mexicaine. Après le divorce de ses parents, elle arrive à Mexico à l’âge de 3 ans. Alors qu’elle travaille dans une pizzeria, elle est repérée par un client, le « designer » Marcos Toledo qui lui offre de travailler comme mannequin. Elle a alors 14 ans. Au fil du temps, elle gravit les échelons et ce qui n’était alors qu’une occupation devient son véritable métier.

En 1997, elle étudie au « Centro de Estudios de Formación Actoral de México » (centre de formation à la profession d’acteur de Mexico). Dans la même année, Bárbara Mori joue dans le feuilleton Al norte del corazón. Elle fait aussi une apparition dans la série Tric Trac.

S’en suit de nombreuses apparitions dans d’autres feuilletons. Elle joue notamment dans Mirada de mujer au côté d’Angélica Aragon et Fernando Lujan. Elle obtient son premier rôle principal avec le feuilleton Azul tequila en 1998. La même année, elle est désignée au Mexique « Révélation de l’année » (pour les telenovelas). Bárbara ne cesse de monter et en 2000, elle tourne dans son premier film Inspiración, une comédie mexicaine. Elle joue également au théâtre dans Vaselina 2001.

C’est en 2004, avec son rôle dans la telenovela Rubí que Bárbara Mori confirme son statut de « star ». Le feuilleton est un succès mondial.

Plus récemment elle a tourné dans le film La Mujer de Mi Hermano -(la femme de mon frère).

Côté vie privée, elle a eu une romance avec Sergio Mayer, mais ils sont aujourd’hui divorcés. En 1996 elle lui donna un petit garçon.

Anecdotes

Filmographie

Publié dans | 4 Commentaires »

Harry Potter

Posté par tempeterouge le 7 juin 2007

Harry Potter est le nom générique d’une série littéraire écrite par l’écrivaine Joanne Kathleen Rowling. Elle raconte à travers sept tomes l’histoire d’un apprenti sorcier appelé Harry James Potter. Chaque tome correspond à une année scolaire et le dernier, Harry Potter et les Reliques de la Mort sera publié en français le 26 octobre 2007[1] (la version originale en anglais, intitulée Harry Potter and the Deathly Hallows, sera publiée le 21 juillet 2007).
La série de livres Harry Potter, écrite à l’origine en langue anglaise, est traduite en français par Jean-François Ménard. Ce sont les noms issus de cette traduction qui sont utilisés dans cet article, et dans les articles connexes. Les illustrations des couvertures francophones sont de Jean-Claude Götting.

  1. Harry Potter à l’école des sorciers (1997) ISBN 2070541274 #: Titre original : Harry Potter and the Philosopher’s Stone
  2. Harry Potter et la chambre des secrets (1998) ISBN 2070541290 #: Titre original : Harry Potter and the Chamber of Secrets
  3. Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban (1999) ISBN 2070541304 #: Titre original : Harry Potter and the Prisoner of Azkaban
  4. Harry Potter et la coupe de feu (2000) ISBN 2070543587 #: Titre original : Harry Potter and the Goblet of Fire
  5. Harry Potter et l’Ordre du phénix (2003) ISBN 2070556859 #: Titre original : Harry Potter and the Order of the Phoenix
  6. Harry Potter et le Prince de sang-mêlé (2005) ISBN 2070572676 #: Titre original : Harry Potter and the Half-Blood Prince
  7. Harry Potter et les Reliques de la Mort (2007) ISBN inconnu Titre original Harry Potter and the Deathly Hallows

L’univers de Harry Potter

L’histoire

Le commencement

Harry Potter est apprenti sorcier au collège Poudlard (version originale : Hogwarts). Ses parents, Lily Evans et James Potter, ont été tués par Lord Voldemort, un puissant mage noir, qui s’en prendra ensuite à Harry, alors âgé d’un an. Mais le sort qu’il lance à Harry se retourne contre lui et l’anéantit. Protégé de la mort par ses Horcruxes, il est réduit à une forme encore plus fragile que celle d’un fantôme mais il est toujours vivant. Harry garde de cet événement une cicatrice en forme d’éclair sur le front.

Après son accident, et malgré sa disparition, Voldemort reste le sorcier le plus redouté, au point qu’il n’est jamais nommé par la communauté magique. Les sorciers l’appellent Vous-savez-qui, Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom ou bien Tu-sais-qui. Le pronom « Il » ou « Lui » lui est automatiquement dédié s’il n’est pas attaché à une personne mentionnée dans une conversation. Exemple: « Tu veux dire … Lui ? ».

L’attente

Orphelin, Harry est placé chez son oncle et sa tante, Vernon et Pétunia Dursley — des moldus (version originale : muggles), c’est-à-dire des non-sorciers —, qui lui mènent la vie dure, lui cachent ses origines et ses talents de sorcier. Il est persécuté par son cousin, Dudley auquel ses parents passent absolument tous ses caprices.

À l’occasion de son onzième anniversaire, Harry reçoit une lettre l’invitant à se présenter à la rentrée des classes à l’école de Poudlard, école de sorciers et de sorcellerie. Son oncle, qui ne veut pas qu’Harry découvre ses origines, tente par tous les moyens de l’empêcher de s’y rendre mais avec l’aide de Rubeus Hagrid (prononcé Rubéus), envoyé par Dumbledore, directeur de Poudlard, Harry parvient finalement à monter à bord du Poudlard Express sur la fameuse voie 9 3/4 de la Gare King Cross de Londres qui lui permettra d’atteindre l’école de sorcellerie, Poudlard. À l’école de Poudlard, Harry se fait deux amis inséparables : Ron Weasley et Hermione Granger, qui l’accompagnent dans ses aventures. Ensemble ils combattent celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, soit Tom Elvis Jedusort dit Lord Voldemort.

La publication

Le récit se poursuit sur sept volumes, sous la forme d’une quête initiatique, chaque tome (un par année passée à l’école) apportant son lot de révélations sur le passé d’Harry. Le lecteur découvre ainsi toute une galerie de personnages de l’enfance à l’âge adulte.

J.K. Rowling a révélé le 21 décembre 2006 le nom du septième et dernier livre : en anglais « Harry Potter and the Deathly Hallows ». Le 6 juin 2005 Gallimard officialise et annonce le titre en français qui sera Harry Potter et les reliques de la mort et qui sortira le 26 Octobre 2007[1].

Poudlard

Poudlard est une école de sorcellerie de grande renommée créée il y a plus de 1000 ans auparavant(on ne connaît pas la date exacte). Elle était dirigée par Albus Dumbledore. Le professeur McGonagall, directrice adjointe, devient, à la fin de Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, la directrice. L’école est divisée en quatre « maisons », portant les noms des quatre fondateurs de l’école, Gryffondor, Serdaigle, Poufsouffle et Serpentard, chacune ayant une histoire et des qualités qui lui sont propres. Cette institution a fait l’objet du livre « L’Histoire de Poudlard » auquel Hermione Granger fait souvent référence. Ce livre, intra-littéraire, est une source dense d’informations sur Poudlard pour les personnages. La légende voudrait que Poudlard fut créé par quatre magiciens sages et respectés. Godric Gryffondor, Rowena Serdaigle, Helga Poufsoufle, et Salazar Serpentard furent les fondateurs des quatre maisons du même nom. Selon la légende ils vivaient en totale harmonie jusqu’au jour où Serpentard décida d’interdire l’accès à l’éducation proposé par Poudlard à une catégorie de sorciers dits de sang de bourbe (dont l’un, ou les parents sont des moldus). L’avis des autres fondateurs divergea sur ce point et Serpentard décida de quitter le collège après avoir ajouté la chambre des secrets renfermant un basilic au cœur même de Poudlard. Les directeurs se succédèrent à la mort des derniers fondateurs. Les derniers directeurs furent connus sous les noms de: Mr Pnineas Nigellus Black, oncle de Sirius Black, Armando Dippet et Albus Dumbledore. Ce dernier meurt à la fin du 6e tome et Minerva MacGonagall, anciennement directrice adjointe, prend le poste de directrice.

Gryffondor

Maison créée par Godric Gryffondor.

Serdaigle

Maison créée par Rowena Serdaigle.

  • Blason : Aigle orangé sur champ d’azur (aigle de bronze sur fond bleu roi).
  • Fantôme : la Dame Grise.
  • Qualité principale : l’intelligence, la sagesse.
  • Dirigée par le professeur Flitwick, c’est dans cette maison que sont Luna Lovegood, une jeune fille un peu excentrique qui deviendra amie avec Harry et qui apparaît dans le 5e tome (mais son nom de famille est signalé incidemment au début du tome 4). S’y trouvent également Cho Chang, qui sort avec Harry dans le 5e tome. Autres élèves de Serdaigle : Padma Patil, Michael Corner, Anthony Goldstein, Terry Boot, Roger Davis
  • Salle commune : dans une tour du château.
  • Objet ayant appartenu à Rowena Serdaigle : aucun objet connu à ce jour
  • Élément associé : l’air

Poufsouffle

Maison créée par Helga Poufsouffle.

  • Blason : Blaireau de sable sur champ d’or (blaireau noir sur fond jaune).
  • Fantôme : le Moine gras.
  • Qualité principale : la loyauté.
  • Dirigée par le professeur Chourave, c’est dans cette maison que se trouve Cedric Diggory (attrapeur de l’équipe de quidditch) qui est désigné pour représenter le collège Poudlard au tournoi des Trois Sorciers (dans le tome 4). Autres élèves de Poufsouffle : Ernie MacMillan, Hannah Abbot, Susan Bones, Justin Flich-Fletchley, Zacharias Smith…
  • Salle commune : au rez-de-chaussée, on y accède par le couloir qui mène aux cuisines.
  • Objet ayant appartenu à Helga Poufsouffle : Une ancienne coupe précieuse
  • Élément associé : la terre.

Serpentard

 Maison créée par Salazar Serpentard.
(Salazar Serpentard fut le seul à ne pas souhaiter que les sang-de-bourbe entrent dans l’école de magie)

  • Blason : Serpent d’argent sur champ de sinople (Serpent couleur argentée sur fond vert).
  • Fantôme : le Baron sanglant.
  • Qualités principales : la malice, la ruse et l’orgueil
  • Dirigée par le professeur Rogue, cette maison a accueilli autrefois Voldemort et la plupart de ceux qui sont passés dans son camp. Un grand ennemi de Harry, Drago Malefoy, fait partie de cette maison. Quelques autres élèves présents à Serpentard (qui n’apprécient guère Harry et réciproquement) : Pansy Parkinson, Vincent Crabbe, Gregory Goyle, Milicent Bullstrode… À la fin du tome 6, il semble que ce soit le professeur Slughorn qui redevienne le chef de la Maison des Serpentard ou du moins de manière temporaire.
  • Salle commune : Dans les sous-sols, accès par les donjons, sûrement sous le lac.
  • Objet ayant appartenu à Salazar Serpentard : Un lourd médaillon d’or gravé des armoiries de Serpentard ainsi qu’une bague avec un gros rubis vert en son centre (que Voldemort vole à son oncle Morfin).
  • Élément associé : L’eau

Coupe des quatre Maisons

Il s’agit d’une sorte de compétition entre les maisons, basée sur un système de points. Chaque bonne action d’un élève rapporte des points à sa maison et chaque infraction au règlement lui en fait perdre. Ces points sont comptabilisés par des sabliers dans lesquels coulent ou remontent des rubis (pour Gryffondor), des émeraudes (pour Serpentard) etc. La maison ayant le plus de points en fin d’année remporte cette coupe. Pendant les 4 premières années de scolarité de Harry, c’est Gryffondor qui remporte la coupe (la 4e année est entachée par la mort de Cédric Diggory tué par Queudver).

Les préfets

Des préfets sont nommés dans chaque maison. On peut être préfet à partir de sa cinquième année à Poudlard. Il y a un préfet et une préfète par maison, chargés de veiller au respect du règlement et de se charger d’accompagner les élèves de première année dans leurs salles communes. Il existe aussi un préfet et une préfète-en-chef de Poudlard, qui ont encore plus de responsabilités. Dans le 5e tome Ron et Hermione deviennent préfets pour Gryffondor tandis que Drago Malefoy et Pansy Parkinson deviennent les préfets pour Serpentard. Ernie Macmillan et Hannah Abbot sont les préfets de Poufsouffle et Terry Boot et Padma Patil deviennent les nouveaux préfets de Serdaigle. Percy et Bill Weasley, Pénélope Deauclaire et Cédric Diggory occupaient eux aussi la place de préfets.

Les préfets partagent une salle de bains qui leur est réservée avec le capitaine de chaque équipe de Quidditch de chaque maison. Harry y accède donc officiellement en sixième année, bien qu’il l’ait déjà utilisée deux ans plus tôt pour découvrir un indice lors du Tournoi des Trois Sorciers.

Moyens de transport

Moyens de communication

  • Cheminée : via les braises, voir Harry Potter et la coupe de feu : communication avec Sirius Black
  • Hiboux : transport du courrier (lettres, colis, beuglantes…)
  • Miroir à double sens : miroir magique. Sirius en possède deux et il en donne un à Harry afin de pouvoir communiquer avec lui. Harry essaiera de s’en servir après la mort de Sirius, sans succès.
  • Notes de service : notes qui voyagent de service en service, sous forme d’avions de papier, dans le ministère de la magie.
  • Plumes d’or du Phénix de Dumbledore
  • Patronus (ce n’est pas leur usage principal, mais l’Ordre du Phénix s’en sert comme moyen de communication)
  • Les Gallions d’or qu’Hermione ensorcelle dans le tome 5 pour que les membres de l’AD (Armée de Dumbledore) puissent connaitre le lieu, la date et l’heure de leurs réunions.
  • Le tatouage que les mangemorts possèdent deux pouvoirs de communication: informer de la puissance de Voldemort (tomes 4, 5 et 6) et est utilisée par Voldemort pour appeler ces fidèles (Mangemorts) et ce, par une simple pression de sa baguette sur l’un de ces tatouages. Les Gallions d’or de l’AD ont d’ailleurs été imaginés par Hermione qui s’est inspirée du tatouage des Mangemorts. (tome 6)

Chronologie

Voir l’article détaillé : Chronologie de l’Univers d’Harry Potter. Plus Harry grandit plus il apprend sur lui-même et s’aperçoit que la magie n’est pas le monde merveilleux qu’il croyait à ses débuts mais un monde de menace ou à chaque instant « le mal » (Voldemort) peut l’emporter sur « le bien ».

 

Adaptations cinématographiques

Les deux premiers épisodes ont été adaptés au cinéma par le réalisateur Chris Columbus. C’est le jeune acteur Daniel Radcliffe qui joue Harry Potter, accompagné de Rupert Grint dans le rôle de Ron Weasley et d’Emma Watson dans le rôle d’Hermione Granger. L’adaptation cinématographique du troisième tome a été confiée cette fois à Alfonso Cuarón, qui s’est quelque peu écarté des choix de son prédécesseur. Mike Newell est le réalisateur du quatrième opus qui mèle les styles de ses deux prédécesseurs et David Yates du cinquième en tournage.

  1. Harry Potter à l’école des sorciers de Chris Columbus (5 décembre 2001)
  2. Harry Potter et la Chambre des Secrets de Chris Columbus (4 décembre 2002)
  3. Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban de Alfonso Cuarón (2 juin 2004)
  4. Harry Potter et la Coupe de Feu de Mike Newell (30 novembre 2005)
  5. Harry Potter et l’Ordre du Phénix de David Yates (11 juillet 2007)
  6. Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, réalisateur et date de sortie inconnue

Critique

Revenus générés par Harry Potter

Harry Potter est l’une des premières œuvres littéraires à faire l’objet d’un battage médiatique international. À ce titre, le marchandisage (c.-à-d. la stratégie commerciale) et la surabondance publicitaire entourant l’œuvre de Rowling peuvent être vus comme une dénaturation de l’œuvre et le risque d’une écriture à but commercial uniquement. Ceci dit, l’amorce du formidable engouement a été simplement le bouche-à-oreille. Ils peuvent aussi être vus comme un formidable moyen de faire lire les enfants, plutôt que de les « abandonner » à la télévision.

Accusations de paganisme

L’ouvrage ne plaît pas non plus aux intégristes religieux : ainsi selon Gabriele Kuby, fervente catholique allemande et auteur d’un ouvrage critique sur la saga Harry Potter, le cardinal Joseph Ratzinger (aujourd’hui pape Benoît XVI) lui aurait affirmé que les romans pour enfants de la série Harry Potter, par « une séduction subtile qui agit sans qu’on n’y prenne garde », pouvaient « déformer profondément le caractère chrétien de l’âme, avant qu’elle ne puisse s’épanouir correctement. »

Lock-out

Plus récemment, une controverse s’est répandue à propos du lock-out entourant le tome 6 d’Harry Potter et interdisant aux libraires la vente prématurée d’ouvrages avant la date de sortie mondiale. En effet, une librairie canadienne aurait par erreur vendu une quinzaine d’exemplaires à des fans, qui se sont vu interdire la lecture d’un livre pourtant légalement acheté. Le droit d’auteur permet en effet de considérer que l’auteur a toute puissance sur un support, même acheté. Une campagne s’opposant à cette vision extrémiste du droit d’auteur a été initiée, notamment par Richard Stallman, le fondateur de la Free Software Foundation et le père du logiciel libre.

 

Le Phénomène Harry Potter

Une révolution ?

Le succès sans précédent de la saga a montré qu’enfants et adolescents n’étaient pas réfractaires à la lecture. Certains ne considèrent pas cela comme de la littérature dans son sens premier, mais des pavés de plusieurs centaines de pages sont dévorés, le plus souvent en quelques heures, parfois même en version originale !

Ainsi en France, le phénomène rend compte d’un autre, encore inconnu dans l’Hexagone il y a quelques années : la parution et la lecture d’œuvre en version originale. En effet, certains étaient étonnés de voir en juillet (mois standard de la sortie des tomes en langue anglaise) les étals des libraires regorger du dernier tome d’Harry Potter en anglais ! Et ça se vend très bien. Ainsi la Fnac parisienne des Halles (l’une des plus grandes Fnac de France) propose les tomes anglais aux lecteurs impatients et ne désirant pas attendre jusqu’au mois d’octobre-novembre, dans des bacs spéciaux disposés dans l’allée centrale : comme un véritable coup de marketing, et les ventes sont exceptionnelles pour un livre en langue originale. Ce phénomène rend bien compte de l’évolution notoire en matière de lecture d’œuvres en version originale en France : il est de plus en plus courant de lire des œuvres bilingues ou en version totalement originale, ce qui était encore confidentiel il y a une dizaine d’années.

Les versions cinématographiques sont plus contestés, comme souvent les fans des versions littéraires se reconnaissent mal dans les films. Les critiques les plus régulières sont que ces derniers rendent l’univers d’Harry Potter plus simplet et moins mature que dans les livres. Cependant, ces adaptations ont connu un important succès dans les salles.

Documentaire

À la découverte du vrai monde de Harry Potter est un documentaire de 1h30 paru en DVD zone 2 le 1er décembre 2004. Il s’agit d’un documentaire décrivant les sources d’inspiration de l’auteur afin de créer l’univers d’Harry Potter ; il porte son attention sur l’engouement entourant la série, ainsi que la sorcellerie, les versions cinématographiques, etc. Des entrevues avec J.K. Rowling et M. Colbert (auteur de « The Magical World of Harry Potter ») y figurent.

Le documentaire contient des séquences supplémentaires :

  • Les fantômes du château de Chiligam expliqués par le conservateur du musée.
  • Herbes et Alchimie : la sorcellerie, le pouvoir des pierres, la baguette, le balai… expliqués par Nadine Herceberg, le propriétaire de l’auberge Flamel, Christopher Herbel, l’herboriste et alchimiste, Jean Dubuis.
  • L’itinéraire d’Harry Potter de villes en villes.
  • Harry Potter et le Saint Graal.

Publié dans | 1 Commentaire »

Nouvelles des célébrités

Posté par tempeterouge le 3 juin 2007

 Diana, le documentaire de la discorde

LONDRES (AP) — La chaîne de télévision britannique Channel 4 est montée au créneau lundi pour défendre le documentaire qu’elle doit diffuser le 6 juin, où sont retracées les dernières heures de feue la princesse de Galles, et dans lequel figurent notamment des clichés de Diana mourante, alors qu’un médecin français tente de la ranimer à l’aide d’un masque à oxygène.

Le film en question « Diana: The Witnesses in The Tunnel » (« Diana: les témoins du tunnel » -de l’Alma, NDLR-), contient également des photos explicites de l’intérieur de la voiture accidentée, où l’on voit Diana gisant derrière le siège du conducteur, ainsi que des interviews des photographes de presse et de témoins de l’accident présents sur place, rapporte « The Observer ».

Le Parti conservateur a demandé à Channel 4 de ne pas diffuser ce documentaire au motif qu’il pouvait perturber les deux fils de la princesse de Galles, les princes William et Harry. Ce à quoi la chaîne a rétorqué que les images avaient « été sélectionnées avec soin et sensibilité » et que sur la photo montrant les victimes de l’accident, leurs corps avaient été masqués.

Channel 4 a aussi précisé que cette même photo avait déjà été publiée dans la presse britannique et que plusieurs informations circulant sur le contenu du documentaire étaient erronées. La chaîne fait état d’un « intérêt public authentique » pour connaître les événements qui ont conduit à la mort de Diana en août 1997.

L’enquête française avait conclu que le chauffeur de la puissante Mercedes, Henri Paul, était ivre au moment de l’impact contre le pilier du tunnel et qu’il avait perdu le contrôle du véhicule alors qu’il tentait de semer plusieurs photographes lancés à leur poursuite.

L’enquête menée en Grande-Bretagne avait de son côté conclu que Diana n’était ni enceinte de son compagnon Dodi Al-Fayed, ni sur le point de l’épouser, et que l’accident était consécutif à l’ivresse du chauffeur et à la très grande vitesse du véhicule au moment des faits.

Un jury devrait siéger en octobre pour établir, selon la loi anglaise, les causes du décès, suite à une mort violente, inattendue et aux causes indéterminées. AP

-0-0-0-0-

Sheryl Crow, un mère comblée

NEW YORK (AP) — Alors qu’elle vient d’adopter le petit Wyatt, né le 29 avril dernier, Sheryl Crow prévient qu’il est le premier de « toute une troupe d’enfants » dans sa vie.

« J’avais toujours eu envie d’adopter. Même si j’avais moi-même eu des enfants, j’aurais de toute façon adopté », confie la chanteuse et guitariste américaine au magazine « OK! », expliquant qu’elle avait « toujours senti avoir une immense dose d’amour à donner ».

Pour le petit Wyatt Steven Crow, « j’ai pris l’avion et je suis allée le chercher là où il est né, dans un autre Etat », poursuit l’artiste. « Il avait tout juste un jour ». Quant aux moyens mis en oeuvre pour l’adoption, Sheryl Crow raconte avoir utilisé « les circuits normaux (de l’adoption), j’ai fait exactement comme chacun ferait », assure-t-elle. Et de justifier: « On ne met pas votre dossier en haut de la pile simplement parce que vous êtes une star du rock ».

Pour la nouvelle maman de 45 ans, ce fils est « son homme ». « Je suis comblée et je ne suis pas pressée de me marier » précise-t-elle. « Wyatt veille au grain et personne ne s’interposera entre lui et moi ». Wyatt sera-t-il l’aîné d’un nombreuse fratrie ? « Absolument, j’en veux une troupe entière! J’adore les enfants » répond Sheryl Crow. AP

-0-0-0-0-

Le séducteur Rubirosa revu par Didier Schuller

PARIS (AP) — De nos jours, son mode de vie aurait sans nul doute alimenté en masse les magazines tabloïds.

Tour à tour homme d’affaires, ambassadeur, espion et même champion de courses automobiles, Porfirio Rubirosa a surtout passé son temps à séduire les belles de son époque. Et elles sont légion: Eva Peron, Jayne Mansfield, Danielle Darrieux, Zsa Zsa Gabor et même Marilyn Monroe, que lui avait présentée Truman Capote, aucune n’a résisté à son charme envoûtant. C’est ce destin hors du commun que Didier Schuller revisite dans « Rubirosa, le séducteur du Diable », le roman-enquête qu’il lui consacre.

Selon le principe littéraire qui consiste à se mettre à la place de son sujet, Didier Schuller retrace le destin d’un des plus grands séducteurs du XXe siècle. Dans un décor fait de palaces, de luxe et de rencontres parfois édifiantes, il conte le parcours d’un homme mort tôt, à 56 ans, suite à un accident de la route en plein Bois de Boulogne, le 5 juillet 1965 à l’aube.

Rubirosa fut aussi un pion d’un des plus grands dictateurs sud-américains et un acteur influent de la politique internationale de l’époque. C’est lors de son exil à Saint-Domingue après l’affaire dite « Schuller-Maréchal » que l’auteur a retrouvé la trace de Rubirosa.

L’ouvrage est d’autant plus captivant que l’auteur n’a rencontré qu’une seule fois son sujet, peu avant sa mort dans la boîte de nuit parisienne à la mode qu’était alors « Régine ».

« Rubirosa – le séducteur du Diable », par Didier Schuller, Editions du Moment, 238 pages, 19,95 euros. AP

-0-0-0-0-

Anne Heche se fâche

LOS ANGELES (AP) — Anne Heche exige la garde exclusive de son fils de cinq ans au motif que le père de l’enfant, dont elle est séparée, est un menteur et la dépeint comme une mauvaise mère.

Dans sa déclaration enregistrée par la Cour supérieure de Los Angeles, l’actrice de 37 ans explique que Coleman Laffoon a proféré de « fausses déclarations haineuses » à son encontre et qu’il est lui-même un bien piètre père. Quand il a la garde de leur fils Homer, Coleman Laffoon l’envoie à la crèche ou le laisse à la garde de nounous et de baby-sitters pendant qu’il va jouer au ping-pong, au backgammon, au poker ou qu’il visionne des films pornos sur Internet, dénonce la mère (un cas de plus en plus courant parmi les motifs de demandes de divorces aux Etats-Unis, NDLR). « Il organise des parties de poker chez lui tous les jeudis soirs et autorise Homer à y participer », détaille-t-elle encore.

Anne Heche demande que le juge lui accorde une garde temporaire exclusive de l’enfant pour qu’il puisse entrer en classe maternelle à l’automne tout près de chez elle à Vancouver (Canada), où elle tourne la série télé « Men In Trees ».

De son côté, le père a fait valoir ce mois-ci que sa future ex-femme avait laissé leur enfant aux soins d’une kyrielle de nounous quand il allait lui rendre visite à Vancouver et que c’était lui qui s’occupait le mieux de Homer.

Le couple, marié le 1er septembre 2001, a demandé le divorce le 2 février dernier, arguant de différences inconciliables. Le père de l’enfant réclame une garde partagée et plus de 30.000 dollars (22.245 euros) de pension alimentaire mensuelle, alors qu’Anne Heche n’en réclame aucune. AP

Publié dans | Pas de Commentaires »

 

Caderneta de um tradutor-le... |
juliocorleone |
The Geek Show |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Coin Ciné
| star wars
| corina pomérantz